Historic Road Car

Le lien automobile avec « Les.9 »est celui proposé par Gérald GARCIA : celui de la mobilité qui permet de véhiculer, à travers l’Alsace et la France, l’image du Collectif et de ses Partenaires aux amoureux du vin, de l’art et des papilles !

Un clin d’œil rétro pour prendre le temps de déguster les paysages, rejoindre certaines bonnes tables et bon vin de notre belle région !

www.balades-en-anciennes.com


Je préfère le vin d’ici [d’Alsace :-)] que l’eau de là…

« Il y a un proverbe qui dit : « Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse », mais je trouve ça vraiment idiot. C’est comme si on disait : « Peu importe la femme, pourvu qu’on ait…le vertige de l’amour. »

D’ailleurs, à ce propos, il m’est arrivé une histoire dont il faut que je [vous] donne, si je puis dire, la primeur.

C’était il y a quelque temps, au bal de la Nuits Saint Georges que j’ai rencontré la petite Juliénas, une fille drôlement Gigondas, un sacré beau Meursault, bien charpentée, et sous sa robe vermillon un grand cru classé, avec des arômes de cassis et de fraises des bois. On a dansé Anjou contre Anjou sur un Sylvaner à la mode et plus tard, lorsque je lui ai proposé de l’emmener dans mon Châteauneuf-du-Pape, elle est devenue toute Croze-Hermitage !!!

Le temps d’aller chercher un Chablis au vestiaire, de mettre un petit Corton dans ses cheveux, on est monté dans ma Banyuls et on a roulé jusqu’au matin. Ah quelle belle journée ! On s’est baladé Entre-deux-mers, il faisait beau, on a Vacqueyras sur la plage, les pieds dans l’eau Clairette, on s’est Pouilly-Fuissé dans les dunes et puis comme le Mercurey montait sérieusement et qu’on commençait à avoir les Côtes-Rôties on a décidé de rentrer.

Mais voilà, en partant nous nous sommes retrouvé coincés dans les embouteillages, enfin les bouchons, quoi ! Je commençais à Minervois sérieusement et là, Juliénas et moi, nous avons commencé à nous crêper le Chinon. D’un seul coup, elle a claqué la Corbière de la Banyuls et elle est partie ! Je me suis retrouvé comme Macon.

Quoi, me suis-je dit, elle s’est déjà Sauvignon avant même que j’ai le temps de la Sauternes ! Mais je vous Jurançon, je l’avais dans la Pauillac, en effet, j’étais tellement Tokay que j’ai couru après elle dans Lalande et les Chardonnay pour la rattraper. Quand on s’est retrouvé, et que je l’ai vue devant moi en Gros-plant, je lui ai dit :

– » Ne fais pas ta Pomerol, et ne t’en va plus Gamay ! « 

En pleurant, elle est tombée dans mes bras en Madiran :

– « Ne m’en veut pas, je voulais juste être sure que ton Saint-Amour était vraiment Sancerre« .

Depuis, on ne s’est plus cuités… »

 

Signé Francis BLANCHE, auteur, acteur et humoriste français, (1921–1974),  un vrai «Maître» en la matière…


Que boire avec un des 9 ?

  1. Un mélange salé à l’apéritif ?

Ben, un Crémant d’Alsace !

  1. Des asperges ?

Ben, un Muscat d’Alsace !

  1. De la charcuterie ou des Fleischnacka ?

Ben, un Sylvaner d’Alsace !

  1. Une salade de Wurst ?

Ben, un Pinot Blanc d’Alsace !

  1. Des fruits de mer ?

Ben, un Riesling d’Alsace !

  1. Un chevreuil ?

Ben, un Pinot Noir d’Alsace !

  1. La cuisine Indienne ?

Ben, un Pinot Gris d’Alsace !

  1. La cuisine Chinoise ?

Ben, un Gewurztraminer d’Alsace !

  1. Un munster ?

Ben, une Vendange Tardive d’Alsace !

Philippe H.


Autour du vin

  • Autour du 20…
  • …Du vin quoi ?
  • Quoi, l’autre soir, nous étions plus de vin, le 28 avril 2016, au lancement de la bouteille depuis le domaine Gustave Lorentz.
  • Alors, quoi, autour du 20 mai ?
  • Le mois du mets ! C’est bien ça !
  • Mets, toi tu es d’accord avec ce vin, tu es sûr ?
  • Mais, je crois que c’est le 12, oui, c’est ça, le 12 mai.
  • Ah OK, autour du vin alors, environ.
  • Oui, c’est ça, 1 semaine avant ce vin.
  • Ce 20, là  !? Quel vin ? Ce rouge ?
  • Non, celui qui est dans le verre.
  • Ben, non, il est blanc ce vert.
  • Ben, non, c’est un verre de blanc !
  • Merde, j’ai dû trop taper dans le ballon.
  • Tu joues au foot toi maintenant ?
  • Ben, non, je te parle du ballon de rouge.
  • Ouf, tu m’as fait une peur bleue.
  • Bon, on y va ?
  • Mai, c’est ça ?
  • Oui, on y va au vernissage des 9, à la galerie Courant d’Art, t’es au courant non ?
  • Des 9 ? Ça parle de vin ça, non ? C’est verre le 20 je crois ?
  • Oui, c’est ça, et ce fût neuf comme projet, mais c’est le 12 mai.
  • Ah OK, j’ai eu peur que c’était le vin qui me mettait dans cet état.

Un dialogue de sourds troublés à consommer sans modération et à voix haute SVP !

Philippe H.


Un jour, j’enlèverai le bas…

Je suis née en Alsace. J’ai pointé mon col à Bergheim le 28 avril 2016 à 18h00. Le travail a été long, mais réussi, jugez-en plutôt : je mesure 53 cm, pèse 3,894 kg, titre 13,5 %vol. et une sacrée bouille. Sans être à nue, je suis dorénavant dévoilée sur la toile sociale et j’ai déjà des amis qui m’aiment, qui me partagent.

Le début de ma conception – par accident -, remonte à 2014. 2015 fut une année exceptionnelle, créatrice et toujours occupée par des concepteurs alsaciens ! J’ai été habillée par 9 artistes et remplie par le jus et la grâce d’un vigneron, avec des partenaires qui assurent.

Conservez-moi précieusement, exposez-moi royalement et ouvrez-moi admirablement par le bout de vos doigts. Puis, faites de moi ce que vous voulez : touchez moi, goutez moi, caressez moi… mais surtout, ne me jetez pas. J’enlèverai un jour le bas pour vous faire découvrir mes successeuses

Je suis le témoin de la mobilité périssable de mon contenu ; l’étiquette, ma peau momentanée. Et si un jour vous êtes amené à oublier ma caudalie, la fixité des œuvres vous la remémorera.

Philippe H.